• Ch'est l'moumint d'in parler

    Air : Que serais-je sans toi ? (J. Ferrat)

     

    (Refrain)

         I-a ein moumint pou tout, j’l’ai appris à l’école :

         Avant cha s’reot treop timpe, après ch’est d’jà treop tard !

         « Quand ch’est l’moumint d’parler, qu’ell’ diseot Sœur Nicole,

         Feaut dir’ ç’qu’on a à dire, honnêt’mint et sans fard ! »

     

    1.  Te n’sais pus dù qu’t’in es, et tous les jours ch’est pire :

         Ch’t’à pein’ si te t’rappell’s qu’avant t’as té hureux ;

         T’as du mau à trouver l’sommel auquel t’aspires

         Et te t’prinds tout douch’mint à in voloir à l’ceu

         Qui n’pins’ pos à t’mucher l’pau d’beonheur qu’i respire,

         Mêm’ qu’i t’arrif’ de brair’ quand t’es seûr d’êt’ tout seu...

     

         Que t’feimme ell’ soich’ d’allée ou qu’ t’ai’s perdu t’n’ouvrache,

         Ch’est dur de s’orlever après qu’on a bourlé...

         Mais rien qu’ein meot te sais, cha peut r’deonner corache :

         Quand l’poids i s’fait treop lourd, ch’est l’moumint d’in parler !

     

    2.  Cha t’aveot révolté, l’histoir’ de l’ossuaire ;

         Ch’éteot escandaleux, l’détournemint des fleurs,

         Tout ç’qu’on a intindu su les pierr’s mortuaires,

         Tout ç’qu’on a su pou l’beos vindu à des r’celeurs,

         Et l’plan pou statieonner, qu’j’aime acor mieux de m’taire

         Pasque j’in veos d’jà chi prêtes à faire ein malheur !

     

         Si t’veux li mett’ dins s’main, à l’éch’fin des Chim’tières

         Ou à l’ceu des Travéaux ou de l’Mobilité,

         Infin, à l’ceu qui-éteot compétent pou l’matière,

         Attinds les électieons, ch’est l’moumint d’in r’parler !

     

    3.  Te n’arrêt’s pos d’pinser à ceull’ joli’ roussette

         Intervue au marché in f’sant ses commissieons,

         Te n’arrêt’s pos d’rêver à ses is, à s’fossette :

         Déjà te l’veos à t’bras partir in escursieon !

         Te n’in dors pus de l’nuit, te laich’s tout dins t’n’assiette :

         Cha i-est te v’là épris, béteôt cha s’ra l’passieon !

     

         Tout ç’que te conneos d’ell’, ch’est s’pétit neom –Babette–

         Pasque t’l’as intindu, mais te voudreos l’hurler

         Quand ell’ passe à véleo in moutrant ses gambettes...

         Alors quoiç’que t’attinds ? Ch’est l’moumint d’li parler !

     

    4.  L’tournaisien ch’t’ein trésor, ein trésor blanc et rouche :

         Ch’est l’ceu qu’nous eont laiché pou toudis nos tayeons !

         I n’f’reot pos beon, j’te l’dis, qu’i d’euche ein qui y touche,

         Qui-essai’reot d’nous fair’ tair’ : j’li f’reos minger s’bâilleon !

         I n’f’reot pos beon, j’te l’dis, qu’i d’euche ein qui y touche,

         Qui voudreot nous fair’ tair’ : j’li f’reos bouffer s’bâilleon !

     

         Elle a ein’ rich’ histoir’, partout à s’n’aiss’, no lanque :

         Du catieau du seigneur à l’chaumièr’ du varlet !

         Si t’veux qu’ell’ cante acor d’zous no flamm’ rouche et blanque,

         Si te n’veux pos qu’ell’ mwèr’, ch’est l’moumint de l’parler !

     

             Juillet 2010

    3ème Prix Prayez 2010